Archive | Expos à Paris RSS feed for this section

5 bonnes raisons de découvrir la ville la plus bobo du monde: Paris

29 Mai

Aujourd’hui, on tente notre chance et à travers cet article, on participe au Jeu concours blogueurs accorhotels.com. Le but de ce concours ? Vous présenter une ville de notre choix en vous dévoilant les 5 bonnes raisons de la visiter. Et sans grande surprise, notre choix s’est porté sur notre chère et tendre capitale bobo : PARIS. Et oui, car ne l’oublions pas, les bourgeois-bohèmes ont envahi notre belle capitale et ont permis l’éclosion d’un véritable « esprit bobo » mêlant mixité sociale, ouverture culturelle et autres mentalités gaucho-écologistes. Et parce que Paris ne se limite pas qu’aux clichés cartes postales, on a décidé de vous faire découvrir cette ville sous un autre angle. Vis ma vie de bobo, c’est maintenant !

Nos 5 bonnes raisons de visiter la ville la plus bobo du monde : Paris

1) Pour goûter à la bistronomie française

Alors bien sûr, vous pouvez aller dîner dans les meilleurs restaurants de la capitale aux vues grandioses sur la Tour Eiffel ou bien passer la soirée sur un restaurant péniche… mais vous passerez alors à côté de cette nouvelle génération de chefs et autres cuistots qui ont su amener un nouveau souffle sur la gastronomie française  et réinventer la cuisine de bistrot. Laissez place à la bistronomie : mi cuisine gastronomique, mi-bistrot et laissez-vous emporter par de nouvelles saveurs subtiles et autres associations audacieuses.

Nos 3 meilleures adresses : Haï-Kaï, le Square Gardette et L’été en Pente Douce

Resto-bobos

2) Pour chiner dans les brocantes vintage

Que ferait un bobo parisien sans ses chaises d’école, ses tables en formica ou sa vieille vaisselle fleurie ? Je vous laisse imaginer ! Car une de ses activités favorites consiste à flâner pour découvrir LA meilleure pièce vintage (la mieux et la moins chère bien sûr). Que ça soit dans les puces de Saint-Ouen, dans les Emmaüs ou dans les vides-greniers, les endroits ne manquent pas … il suffit juste de les connaître !

Nos 3 meilleures adresses : Emmaüs du 104, Espace Vintage Habitat 1964 et Robert M. Smith

Vintage-bobo

3) Pour goûter à la tradition du brunch dominical

Pour se mettre dans la peau d’un vrai bobo, vous ne pouvez pas passer à côté de la case «brunch du dimanche », véritable institution pour tout parisien qui se respecte. Alors préparez-vous à faire la queue ou à vous lever de bonne heure : les meilleures adresses sont prises d’assaut. Et le dimanche, dès midi, les meilleurs d’entre vous se verront servir des œufs brouillés, du bacon grillé, de la confiture maison, du cheesecake ou autre met tout aussi délicieux. Le but du jeu ? Trouvez LE meilleur brunch de Paris ! Personnellement, on a déjà fait notre choix :

Nos 3 meilleures adresses : Milk – Mum in her Little Kitchen, le Café Pinson et la Popote du 18

Brunch-bobo

4) Pour disserter des heures autour de (plusieurs) verres de vin

Même si la plupart des clichés sont faux (oui, oui, nous français, on prend des douches … et ce, tous les jours !), certains sont véridiques. C’est le cas de notre addiction au vin rouge (et au fromage aussi !). Vous ne pouvez pas visiter Paris sans vous arrêter discuter des heures dans un bar à vins, autour d’un plateau de fromages ou de charcuteries … ou sans pique-niquer le long du canal Saint-Martin ou dans les Buttes Chaumont en sirotant votre verre de verre rouge dans un gobelet en plastique. Chic ou pas, le parisien saura toujours apprécier un bon rouge.

Nos 3 meilleures adresses : Wine Touch, le vingt heure vingt et le Point Ephémère (quand y en a marre du vin, il y a aussi les bières!)

bar-a-vin-bobo

5) Pour sans cesse se cultiver autrement

C’est bien connu, l’ homo boboïtus est un féru de musées, adore découvrir de nouveaux talents et affectionne tout particulièrement la culture underground et autre street-art. Vous pensez que cette culture est strictement réservée aux Berlinois ? Détrompez-vous, Paris vous réserve quelques surprises ! Alors pour cette dernière partie, on vous a réservé le double de bonnes adresses : les 3 premières vous présentent des musées (mais attention, pas n’importe lesquels), tandis que les 3 dernières dépassent le cercle des musées pour envahir l’espace urbain.

Nos 3 meilleures adresses : le 104, Le Bal et la Gaîté Lyrique

expos-bobo

Oubliez vos guides touristiques un moment, et laissez-vous surprendre par une ville qui bouge sans cesse. Sortez du centre historique et partez à la découverte du Paris (et de sa banlieue) insolite. Promenez-vous dans les ateliers d’artistes de Ménilmontant, découvrez les squats d’artistes, émerveillez-vous devant les œuvres street-art, découvrez des terrasses cachées, allez écouter de la musique électronique dans une ferme … La découverte n’est jamais finie !

Nos 3 meilleures adresses : les ateliers de Ménilmontant, le 59 Rivoli et la Ferme du bonheur

insolite-bobo

Marine

Publicités

/// expo : ART ROBOTIQUE ///

24 Mai

ArtRobotique-cite-des-science-expo

La Cité des sciences  lance une exposition monumentale, à la croisée entre art, science et technologie. Une vingtaine d’œuvres évolutives et spectaculaires, dont la plupart sont inédites pour le public français, sont exposées sur  1 600 m². Art Robotique, c’est l’occasion de voir des oeuvres impressionnantes, où l’art et la technologie s’inspirent mutuellement et ne font plus qu’un. Certaines pièces sont vraiment époustouflantes, comme « la matrice liquide 3D » : une machine à sculpter l’eau sur laquelle je suis restée scotchée plusieurs dizaines de minutes ! Une expo d’ART CONTEMPORAIN vraiment inattendue en plein coeur de la cité des sciences, et ça fait du bien !

IMG_0986 IMG_0995 IMG_0985 IMG_0982

Art Robotique
jusqu’au 15 janvier 2015
Cité des Sciences
30 Avenue Corentin Cariou, 75019 Paris
Métro : Porte de la Villette
Horaires : du mardi au samedi de 10h à 18h et le dimanche de 10h à 19h
Tarif : Plein Tarif : 12€ / Tarif réduit : 9€

Maud

 

/// expo Kourtney Roy @ Le Bal ///

17 Mai

IMG_3530

« Ils pensent déjà que je suis folle » – Kourntey Roy
Le Bal
6, impasse de la défense, 75018 Paris
Métro : Place de Clichy
Horaires : du mercredi au vendredi de 12h à 20h ( le jeudi jusqu’à 22h ) / le samedi de 11h à 20h / le dimanche de 11H à 19h
Tarifs : Plein tarif 5€ / Tarif réduit 4€
Plus d’infos : http://www.le-bal.fr

PRESENTATION DE L’EXPOSITION

« Avec la Carte blanche, le PMU et LE BAL donnent à de jeunes artistes la possibilité d’apporter un regard nouveau et libre sur un univers qui leur était a priori étranger.

« Née en 1981 -d’un père bûcheron et d’une mère secrétaire, Kourtney Roy a grandi dans la démesure et la solitude des immensités enneigées du Canada. Des paysages sublimes mais menaçants où, enfant, il est facile de se perdre. Après des études aux Beaux-Arts de Vancouver où elle se rêve peintre, elle découvre la photographie qui «par son potentiel fantastique, suggérait une réalité plus trouble, derrière la façade lisse des apparences.» Touchée par le génie morbide de Joël-Peter Witkin, ses premières séries représentent des animaux sauvages trouvés morts dans la nature ou empaillés par l’homme.

Son apprentissage de la photographie de mode, sur les traces d’un Guy Bourdin et de ses mises en scène obsessionnelles et fantasmagoriques, lui ouvre un champ illimité. Autoportrait, autofiction, Kourtney Roy devient le personnage unique d’un théâtre intérieur et de ses sortilèges. Son corps, artificiellement placé dans un décor naturel, se prêtera à toutes les énigmes, à mille et une vies travesties, falsifiées. « Je est un autre », tous les autres. Laura Palmer déclinée à l’infini.

Pour cette immersion dans l’univers du PMU, Kourtney Roy s’est imprégnée des mots de Charles Bukowski et de son obsession des champs de courses. Se détournant du spectacle où se concentre toute l’attention, elle infiltre plutôt les coulisses. Leur décor sans qualité est plus propice à l’improbable. Son corps s’incruste ainsi dans un univers où chaque chose peut être autre chose et n’importe qui quelqu’un d’autre. Où les objets, plantes vertes, accoudoirs, jumelles…. ont pris le pouvoir. Ils dominent la scène, tour à tour menaçants, envahissants, trop brillants ou trop muets.

Dans ses photographies, Kourtney Roy semble présente au monde mais absente à elle-même. Le pourquoi de ces postures incongrues, de ces regards vides est ailleurs, hors champs, nous laissant aux prises avec une violence silencieuse et cachée. Car ce corps-objet semble le plus souvent éteint, débranché, englouti, avalé. Impeccablement sculpté, il tend pourtant vers le camouflage, la soustraction, le retranchement, orchestrant scrupuleusement sa propre disparition.

Quand on demande à Kourtney Roy si ces personnages lui ressemblent, elle répond : « ils sont devenus « moi » et moi je suis devenue « eux ».» »

AVIS

Une très belle expo photo ( comme à chaque fois au Bal ! ), la scéno est d’une perfection absolue avec un savant mélange des formats qui nous plonge directement dans l’univers de l’artiste, et des jeux de couleurs et de composition parfaitement maîtrisés. Ces clichés oscillent entre réalisme et mise en scène grotesque de manière étonnante, intrigante; qui arrivent finalement à nous mettre un peu mal à l’aise : tout semble figé : les fleurs en plastique, les meubles en formica, mais aussi les personnages, rigides comme des statues, même lorsqu’ils sont en mouvement… L’univers des courses hippiques est traitée d’une manière totalement novatrice et le petit texte qui accompagne l’exposition colle parfaitement à l’ambiance à la fois surréaliste et poétique du photographe. De plus, la première salle de l’expo ( qui présente des clichés des internautes sur le thème du jeu ) est elle aussi totalement bluffante niveaux scénographie : plongée dans le noir, la salle est peuplée de petits écran sur lesquels défilent les photos.


IMG_3521 IMG_3522 IMG_3523 IMG_3524 IMG_3525 IMG_3528

IMG_3519Maud

Exposition Mapplethorpe au Grand Palais

10 Mai

mapplethorpe

A travers plus de 200 photographies de l’artiste Robert Mapplethorpe, le Grand Palais nous livre une rétrospective brillante de l’artiste américain. Connu également comme étant le compagnon de vie de Patti Smith (pour ceux qui n’auraient pas lu « Just Kids » de Patti Smith, c’est le moment !), Mapplethorpe est également un photographe hors pair qui pendant toute sa vie a recherché l’esthétisme dans ses clichés. Ici, pas de photos « volées » ou spontanées, tout est millimétré au détail près. Vous pourrez alors contempler ses portraits ultra stylisés en noir et blanc, ses nus érotiques ou bien encore ses clichés de fleurs (cette fois-ci en couleurs). Son travail est vraiment intéressant et la scénographie de l’exposition (à la fois sobre et minimaliste), nous permet de profiter de chacun des clichés.

Bref, une exposition réussie pour un artiste talentueux hors pair. A voir absolument.

Informations pratiques

Exposition Mapplethorpe – 26 Mars 2014 – 13 Juillet 2014

  • Adresse : Grand Palais, Galerie sud-est, 3 avenue du Général Eisenhower
, 75008 Paris
  • Métro : Franklin-D.-Roosevelt, Champs-Elysées-Clemenceau
  • Horaires : tous les jours de 10h à 22h (fermeture à 20h le dimanche et lundi)
  • Tarifs : Plein : 12 € / Réduit : 9 €
  • Plus d’infos sur : http://www.grandpalais.fr/fr/evenement/robert-mapplethorpe

Mapplethorpe-1

IMG_3512 IMG_3509
IMG_3504 IMG_3503 IMG_3499

Marine

/// expo BILL VIOLA ///

31 Mar

Bill Viola

Jusqu’au 21 juillet 2014
Grand Palais
3, avenue du Général Eisenhower
75008 Paris
Métro : Champs-Elysées Clemenceau
Horaires : tous les jours ( sauf le mardi ) de 10h à 22h ( fermeture à 20h le dimanche et lundi )
Tarifs : Plein tarif : 13€ / Tarif réduit : 9€

bill viola« Bill Viola est sans conteste le plus célèbre représentant de l’art vidéo. Un large corpus de son oeuvre, allant de 1977 à aujourd’hui, mêlant tableaux en mouvement et installations monumentales, est pour la première fois présenté au Grand Palais. Dans une quête à la fois intimiste et universelle, l’artiste exprime son cheminement émotionnel et spirituel à travers de grands thèmes métaphysiques – vie, mort, transfiguration… « 

Sans conteste, une des meilleures expos de l’année, et surtout ( si comme moi ! ) vous êtes des amateurs d’art vidéo. Car, tout d’abord, il s’agit d’une VRAIE expo vidéo, où l’on a vraiment envie de s’arrêter regarder les vidéos ( pas comme dans 90% des cas où l’ on passe juste à toute vitesse devant les vidéos dans les musées car rien ne nous donne envie de nous y attarder ). J’ai  personnellement été  fasciné par ses oeuvres datant des années 80,90, à l’esthétisme un brin nostalgique et romantique dans un univers super poétique, déroutant, mystique. Mais Bill Viola c’est surtout des « tableaux en mouvement », parce que oui, pour faire de la vidéo, un mouvement presque imperceptible suffit à nous captiver, et c’est bien ça la force de suprême de cet artiste avant-gardiste !

IMG_0159 IMG_0161 IMG_0164 IMG_0166 IMG_0168 IMG_0171 IMG_0172 IMG_0176 IMG_0178Maud

 

 

/// EXPO : Festival Circulation(s) – 104 ///

12 Mar

circulations

Festival Circulation(s) – Jusqu’au 16 mars 2014
104
5, rue Curial
75019, Paris
Métro : Riquet / Max Dormoy
Tarifs : entrée libre et gratuite
horaires : du mardi au vendredi de 13h à 19h, le samedi et dimanche de 12h à 19h

Notre gros COUP DE COEUR culturel du moment ! « Dédié à la jeune photographie européenne, le festival Circulation(s)  propose pour la quatrième année un regard croisé sur l’Europe à travers la photographie. Il a pour vocation de faire émerger les talents de la jeune photographie européenne et de fédérer un réseau d’acteurs européens partageant la même ambition que celle de Fetart : aider les jeunes photographes à s’insérer dans le monde professionnel et faire découvrir au public la création artistique contemporaine innovante. »

Résultat : un nombre incroyable de jeunes photographes exposés aux univers et aux parcours très différents, ce qui donne une expo hyper éclectique : en gros : il y en a pour tous les goûts : de la série super drôle du club des sexagénaires majorettes aux photographies plus engagées retraçant le quotidien en Russie, on est transportés dans des ambiances esthétiques d’une qualité impressionnante, à voir absolument ! ( et en plus c’est gratuit, que demander de plus ! )

IMG_3008 IMG_3012 IMG_3014 IMG_3019 IMG_3021 IMG_3025 IMG_3027Maud

/// Expo : DAVID LYNCH ///

7 Mar

« Small Stories » by David Lynch
Maison Européenne de la Photographie
5/7, rue de Fourcy
75004 Paris
Métro : Saint Paul
Horaires : du mercredi au dimanche, de 11h à 20h
Tarif : Plein Tarif : 8 euros / Tarif réduit : 4,50 euros

davidlynch1« 

« Cinéaste de renom, David Lynch est aussi artiste plasticien, designer et musicien. Pour la Maison Européenne de la Photographie, qui lui a donné carte blanche, il a imaginé « Small Stories ».

De petites histoires, autour d’une quarantaine de ses photographies en noir et blanc, créées spécialement pour l’exposition. Des images oniriques, troublantes, habitées… dans lesquelles le visiteur retrouvera les motifs récurrents de l’univers de David Lynch.

Avis : Pour les fans de Lynch ( comme moi ! ) il est évident que l’expo « Small Stories » est incontournable ! Pour ma part, elle m’a beaucoup intrigué : déjà tout commence par le fait que les photos soient en Noir et Blanc : troublant quand on connait le remarquable talent de Lynch pour créer ses ambiances colorées emblématique de son oeuvre…Mais, on oublie très vite ce « petit détail » car on retrouve l’univers du cinéaste à la fois étrange, poétique et surréaliste, et très proche de l’ambiance d’Eraserhead ( pour les connaisseurs, le premier long-métrage de David Lynch). Des clichés qui étonnent, surprenent, nous bouleversent parfois. Des « petites histoires » que Lynch nous raconte pour nous émouvoir, comme à son habitude…

IMG_0099 IMG_0100 IMG_0101 IMG_0104 IMG_0105

ps : j’étais obligée de vous mettre en bonus le teaser de l’expo, aussi barré que d’habitude !

Maud

The Happy Show

7 Fév

The Happy Show, Stefan Sagmeister

Du 28 novembre 2013 au 9 mars 2014

Réservation plus que conseillée

La Gaîté Lyrique 

3 bis rue Papin
, 75003 Paris

Métro : Réaumur-Sébastopol

Horaires : du mardi au samedi, de 14h à 20h / de 12h à 18h le dimanche / nocturne jusqu’à 22h le mardi

Prix : 7€ / 5€ pour les moins de 26 ans

Plus d’info : www.gaite-lyrique.net/theme/the-happy-show

happy_show_web_33

The Happy Show, c’est l’expo anti-déprime du moment ; car comme son nom l’indique, elle traite le vaste sujet qu’est le bonheur. Oui, vous savez, cet état qu’on aimerait tous atteindre en permanence mais qu’on ressent finalement assez rarement. Et bien, munissez vous de votre bonne humeur et de votre plus beau sourire, car l’oeuvre de Stefan Sagmeister est l’antidote à la dépression !

Son nom ne vous dit probablement rien ; et pourtant, c’est lui qui a dessiné les pochettes d’albums des plus grandes stars du rock (Les Rolling Stones ou Loo Reed pour ne citer qu’eux). Graphiste de formation, sa créativité l’emmènera vers d’autres horizons : photographie, vidéo ou bien encore typographie… pour finalement traiter un seul et même sujet : le BONHEUR ! L’exposition se veut alors ludique et interactive afin de nous faire réfléchir sur notre propre bonheur. Vous êtes tour à tour, mangeur de chewing-gum « du bonheur », lecteur de statistiques sur le bonheur dans le monde, cycliste pour mettre en marche des lettres en néon ou bien encore sourieur professionnel  pour activer des lumières. Allez, avouer que vous avez envie d’essayer ! Mais attention,  vous risquez d’en ressortir avec un « big smile » 🙂

IMG_9989 IMG_9988 IMG_9987   IMG_9983       IMG_9973 IMG_9972

image

image

image

Marine & Maud

/// Expo : Pierre Huyghe /// Centre Pompidou

28 Nov

Huyghe_1

Pierre Huyghe 

jusqu’au 6 janvier 2014
Centre Pompidou
Place Georges Pompidou
75004 Paris
Métro : Rambuteau
Horaires : tous les jours, sauf le mardi, de 11h à 21h, nocturne le jeudi jusqu’à 23h
Tarifs : Plein Tarif : 11 euros / Tarif réduit : 9 euros
Plus d’infos : http://www.centrepompidou.fr

Le Centre Pompidou consacre à l’oeuvre de Pierre Huyghe, artiste majeur de la scène française et internationale, une exposition à caractère rétrospectif qui présente une cinquantaine de ses projets et permet de prendre la mesure d’une oeuvre qui se déploie depuis plus de vingt ans.

« les œuvres de Pierre Huyghe existent pour et par elles-mêmes. Films, photographies, performances, souvenirs d’un monde flottant et autres opus indescriptibles… Elles nous sont organismes lointains, aucune de leurs énigmes ne saurait être brisée, et l’écosystème qu’elles construisent en guise d’exposition est notre planète étrangère. » – Le Monde

Cette critique dans le Monde résume parfaitement l’ambiance dans lequel nous plonge les oeuvres de Pierre Hueyghe. Un univers hyper bizarre, mais au sens super positif du terme, où l’on retrouve un chien dont la patte est peinte en rose qui se promène à l’intérieur de l’expo, une sculpture d’homme dont la tête est remplacée par un essain d’abeilles, des polaroids où un homme à tête d’animal se promène dans des parcs pour enfants, un aquarium où un bernard l’hermitte se déplace à l’intérieur d’un bronze de Brancusi… Pierre Huygue c’est juste mon gros coup de coeur dans la scène culturelle parisienne actuelle et je vous conseille fortement d’aller vous perdre l’espace d’une après-midi dans cet univers si déroutant et merveilleux de Pierre Huyghe

553172-photo2013092790248743-ad7b-4746-8db9-5ea1ec6a3f99 IMG_9050 IMG_9060 IMG_9070Maud

/// Philippe Parreno /// Palais de Tokyo ///

17 Nov

Philippe Parreno 

jusqu’au 12 janvier 2014
Palais de Tokyo
13, avenue du Président Wilson
75016 Paris
Métro : Iéna
Horaires : tous les jours, sauf le mardi, de midi à minuit
Tarifs : Plein tarif : 10 euros / Tarif réduit : 8 euros
Plus d’infoshttp://www.palaisdetokyo.com

visuel_site

« Philippe Parreno, figure éminente de la scène artistique internationale, transforme radicalement le Palais de Tokyo. Il répond à la carte blanche qui lui est donnée par une exposition totale dans laquelle son dialogue avec l’architecture fait œuvre. Cette exposition d’un format inédit consacre un artiste dont les œuvres, les idées, la démarche ont une influence considérable et ont certainement modifié notre idée même de l’art.

Au Palais de Tokyo, Philippe Parreno orchestre son exposition selon une dramaturgie dans laquelle la présence spectrale des objets, la musique, les lumières et les films accompagnent l’expérience poétique des regardeurs. Il fait du bâtiment un organisme en perpétuelle évolution d’après un scénario minutieusement maîtrisé. Philippe Parreno joue des symboles, des mots et des sons modifiant la perception de l’espace par les visiteurs et transformant le bâtiment en un organisme vivant, en un automate dont le mécanisme est en perpétuelle évolution. »

Comme d’habitude, le Palais de Tokyo présente une fois de plus, une exposition d’art contemporain sublime, où l’on découvre (si l’on ne le connait déjà pas) l’univers de Philippe Parreno où se mêle des vidéos, des installations lumineuses, de la peinture… Occupant TOUT l’espace du Palais de Tokyo, il a orchestré son exposition selon la transcription pour piano à quatre mains de Petrouchka, nous plongeant véritablement dans un univers d’art total, immersif.

IMG_9073 IMG_9075 pdt-parreno-040 pdt-parreno-065 pdt-parreno-105 pdt-parreno-155Maud