Archive | Culture = confiture ? RSS feed for this section

5 bonnes raisons de découvrir la ville la plus bobo du monde: Paris

29 Mai

Aujourd’hui, on tente notre chance et à travers cet article, on participe au Jeu concours blogueurs accorhotels.com. Le but de ce concours ? Vous présenter une ville de notre choix en vous dévoilant les 5 bonnes raisons de la visiter. Et sans grande surprise, notre choix s’est porté sur notre chère et tendre capitale bobo : PARIS. Et oui, car ne l’oublions pas, les bourgeois-bohèmes ont envahi notre belle capitale et ont permis l’éclosion d’un véritable « esprit bobo » mêlant mixité sociale, ouverture culturelle et autres mentalités gaucho-écologistes. Et parce que Paris ne se limite pas qu’aux clichés cartes postales, on a décidé de vous faire découvrir cette ville sous un autre angle. Vis ma vie de bobo, c’est maintenant !

Nos 5 bonnes raisons de visiter la ville la plus bobo du monde : Paris

1) Pour goûter à la bistronomie française

Alors bien sûr, vous pouvez aller dîner dans les meilleurs restaurants de la capitale aux vues grandioses sur la Tour Eiffel ou bien passer la soirée sur un restaurant péniche… mais vous passerez alors à côté de cette nouvelle génération de chefs et autres cuistots qui ont su amener un nouveau souffle sur la gastronomie française  et réinventer la cuisine de bistrot. Laissez place à la bistronomie : mi cuisine gastronomique, mi-bistrot et laissez-vous emporter par de nouvelles saveurs subtiles et autres associations audacieuses.

Nos 3 meilleures adresses : Haï-Kaï, le Square Gardette et L’été en Pente Douce

Resto-bobos

2) Pour chiner dans les brocantes vintage

Que ferait un bobo parisien sans ses chaises d’école, ses tables en formica ou sa vieille vaisselle fleurie ? Je vous laisse imaginer ! Car une de ses activités favorites consiste à flâner pour découvrir LA meilleure pièce vintage (la mieux et la moins chère bien sûr). Que ça soit dans les puces de Saint-Ouen, dans les Emmaüs ou dans les vides-greniers, les endroits ne manquent pas … il suffit juste de les connaître !

Nos 3 meilleures adresses : Emmaüs du 104, Espace Vintage Habitat 1964 et Robert M. Smith

Vintage-bobo

3) Pour goûter à la tradition du brunch dominical

Pour se mettre dans la peau d’un vrai bobo, vous ne pouvez pas passer à côté de la case «brunch du dimanche », véritable institution pour tout parisien qui se respecte. Alors préparez-vous à faire la queue ou à vous lever de bonne heure : les meilleures adresses sont prises d’assaut. Et le dimanche, dès midi, les meilleurs d’entre vous se verront servir des œufs brouillés, du bacon grillé, de la confiture maison, du cheesecake ou autre met tout aussi délicieux. Le but du jeu ? Trouvez LE meilleur brunch de Paris ! Personnellement, on a déjà fait notre choix :

Nos 3 meilleures adresses : Milk – Mum in her Little Kitchen, le Café Pinson et la Popote du 18

Brunch-bobo

4) Pour disserter des heures autour de (plusieurs) verres de vin

Même si la plupart des clichés sont faux (oui, oui, nous français, on prend des douches … et ce, tous les jours !), certains sont véridiques. C’est le cas de notre addiction au vin rouge (et au fromage aussi !). Vous ne pouvez pas visiter Paris sans vous arrêter discuter des heures dans un bar à vins, autour d’un plateau de fromages ou de charcuteries … ou sans pique-niquer le long du canal Saint-Martin ou dans les Buttes Chaumont en sirotant votre verre de verre rouge dans un gobelet en plastique. Chic ou pas, le parisien saura toujours apprécier un bon rouge.

Nos 3 meilleures adresses : Wine Touch, le vingt heure vingt et le Point Ephémère (quand y en a marre du vin, il y a aussi les bières!)

bar-a-vin-bobo

5) Pour sans cesse se cultiver autrement

C’est bien connu, l’ homo boboïtus est un féru de musées, adore découvrir de nouveaux talents et affectionne tout particulièrement la culture underground et autre street-art. Vous pensez que cette culture est strictement réservée aux Berlinois ? Détrompez-vous, Paris vous réserve quelques surprises ! Alors pour cette dernière partie, on vous a réservé le double de bonnes adresses : les 3 premières vous présentent des musées (mais attention, pas n’importe lesquels), tandis que les 3 dernières dépassent le cercle des musées pour envahir l’espace urbain.

Nos 3 meilleures adresses : le 104, Le Bal et la Gaîté Lyrique

expos-bobo

Oubliez vos guides touristiques un moment, et laissez-vous surprendre par une ville qui bouge sans cesse. Sortez du centre historique et partez à la découverte du Paris (et de sa banlieue) insolite. Promenez-vous dans les ateliers d’artistes de Ménilmontant, découvrez les squats d’artistes, émerveillez-vous devant les œuvres street-art, découvrez des terrasses cachées, allez écouter de la musique électronique dans une ferme … La découverte n’est jamais finie !

Nos 3 meilleures adresses : les ateliers de Ménilmontant, le 59 Rivoli et la Ferme du bonheur

insolite-bobo

Marine

/// expo : ART ROBOTIQUE ///

24 Mai

ArtRobotique-cite-des-science-expo

La Cité des sciences  lance une exposition monumentale, à la croisée entre art, science et technologie. Une vingtaine d’œuvres évolutives et spectaculaires, dont la plupart sont inédites pour le public français, sont exposées sur  1 600 m². Art Robotique, c’est l’occasion de voir des oeuvres impressionnantes, où l’art et la technologie s’inspirent mutuellement et ne font plus qu’un. Certaines pièces sont vraiment époustouflantes, comme « la matrice liquide 3D » : une machine à sculpter l’eau sur laquelle je suis restée scotchée plusieurs dizaines de minutes ! Une expo d’ART CONTEMPORAIN vraiment inattendue en plein coeur de la cité des sciences, et ça fait du bien !

IMG_0986 IMG_0995 IMG_0985 IMG_0982

Art Robotique
jusqu’au 15 janvier 2015
Cité des Sciences
30 Avenue Corentin Cariou, 75019 Paris
Métro : Porte de la Villette
Horaires : du mardi au samedi de 10h à 18h et le dimanche de 10h à 19h
Tarif : Plein Tarif : 12€ / Tarif réduit : 9€

Maud

 

/// expo Kourtney Roy @ Le Bal ///

17 Mai

IMG_3530

« Ils pensent déjà que je suis folle » – Kourntey Roy
Le Bal
6, impasse de la défense, 75018 Paris
Métro : Place de Clichy
Horaires : du mercredi au vendredi de 12h à 20h ( le jeudi jusqu’à 22h ) / le samedi de 11h à 20h / le dimanche de 11H à 19h
Tarifs : Plein tarif 5€ / Tarif réduit 4€
Plus d’infos : http://www.le-bal.fr

PRESENTATION DE L’EXPOSITION

« Avec la Carte blanche, le PMU et LE BAL donnent à de jeunes artistes la possibilité d’apporter un regard nouveau et libre sur un univers qui leur était a priori étranger.

« Née en 1981 -d’un père bûcheron et d’une mère secrétaire, Kourtney Roy a grandi dans la démesure et la solitude des immensités enneigées du Canada. Des paysages sublimes mais menaçants où, enfant, il est facile de se perdre. Après des études aux Beaux-Arts de Vancouver où elle se rêve peintre, elle découvre la photographie qui «par son potentiel fantastique, suggérait une réalité plus trouble, derrière la façade lisse des apparences.» Touchée par le génie morbide de Joël-Peter Witkin, ses premières séries représentent des animaux sauvages trouvés morts dans la nature ou empaillés par l’homme.

Son apprentissage de la photographie de mode, sur les traces d’un Guy Bourdin et de ses mises en scène obsessionnelles et fantasmagoriques, lui ouvre un champ illimité. Autoportrait, autofiction, Kourtney Roy devient le personnage unique d’un théâtre intérieur et de ses sortilèges. Son corps, artificiellement placé dans un décor naturel, se prêtera à toutes les énigmes, à mille et une vies travesties, falsifiées. « Je est un autre », tous les autres. Laura Palmer déclinée à l’infini.

Pour cette immersion dans l’univers du PMU, Kourtney Roy s’est imprégnée des mots de Charles Bukowski et de son obsession des champs de courses. Se détournant du spectacle où se concentre toute l’attention, elle infiltre plutôt les coulisses. Leur décor sans qualité est plus propice à l’improbable. Son corps s’incruste ainsi dans un univers où chaque chose peut être autre chose et n’importe qui quelqu’un d’autre. Où les objets, plantes vertes, accoudoirs, jumelles…. ont pris le pouvoir. Ils dominent la scène, tour à tour menaçants, envahissants, trop brillants ou trop muets.

Dans ses photographies, Kourtney Roy semble présente au monde mais absente à elle-même. Le pourquoi de ces postures incongrues, de ces regards vides est ailleurs, hors champs, nous laissant aux prises avec une violence silencieuse et cachée. Car ce corps-objet semble le plus souvent éteint, débranché, englouti, avalé. Impeccablement sculpté, il tend pourtant vers le camouflage, la soustraction, le retranchement, orchestrant scrupuleusement sa propre disparition.

Quand on demande à Kourtney Roy si ces personnages lui ressemblent, elle répond : « ils sont devenus « moi » et moi je suis devenue « eux ».» »

AVIS

Une très belle expo photo ( comme à chaque fois au Bal ! ), la scéno est d’une perfection absolue avec un savant mélange des formats qui nous plonge directement dans l’univers de l’artiste, et des jeux de couleurs et de composition parfaitement maîtrisés. Ces clichés oscillent entre réalisme et mise en scène grotesque de manière étonnante, intrigante; qui arrivent finalement à nous mettre un peu mal à l’aise : tout semble figé : les fleurs en plastique, les meubles en formica, mais aussi les personnages, rigides comme des statues, même lorsqu’ils sont en mouvement… L’univers des courses hippiques est traitée d’une manière totalement novatrice et le petit texte qui accompagne l’exposition colle parfaitement à l’ambiance à la fois surréaliste et poétique du photographe. De plus, la première salle de l’expo ( qui présente des clichés des internautes sur le thème du jeu ) est elle aussi totalement bluffante niveaux scénographie : plongée dans le noir, la salle est peuplée de petits écran sur lesquels défilent les photos.


IMG_3521 IMG_3522 IMG_3523 IMG_3524 IMG_3525 IMG_3528

IMG_3519Maud

Exposition Mapplethorpe au Grand Palais

10 Mai

mapplethorpe

A travers plus de 200 photographies de l’artiste Robert Mapplethorpe, le Grand Palais nous livre une rétrospective brillante de l’artiste américain. Connu également comme étant le compagnon de vie de Patti Smith (pour ceux qui n’auraient pas lu « Just Kids » de Patti Smith, c’est le moment !), Mapplethorpe est également un photographe hors pair qui pendant toute sa vie a recherché l’esthétisme dans ses clichés. Ici, pas de photos « volées » ou spontanées, tout est millimétré au détail près. Vous pourrez alors contempler ses portraits ultra stylisés en noir et blanc, ses nus érotiques ou bien encore ses clichés de fleurs (cette fois-ci en couleurs). Son travail est vraiment intéressant et la scénographie de l’exposition (à la fois sobre et minimaliste), nous permet de profiter de chacun des clichés.

Bref, une exposition réussie pour un artiste talentueux hors pair. A voir absolument.

Informations pratiques

Exposition Mapplethorpe – 26 Mars 2014 – 13 Juillet 2014

  • Adresse : Grand Palais, Galerie sud-est, 3 avenue du Général Eisenhower
, 75008 Paris
  • Métro : Franklin-D.-Roosevelt, Champs-Elysées-Clemenceau
  • Horaires : tous les jours de 10h à 22h (fermeture à 20h le dimanche et lundi)
  • Tarifs : Plein : 12 € / Réduit : 9 €
  • Plus d’infos sur : http://www.grandpalais.fr/fr/evenement/robert-mapplethorpe

Mapplethorpe-1

IMG_3512 IMG_3509
IMG_3504 IMG_3503 IMG_3499

Marine

/// Ciné : Tom à la ferme – Le dernier Xavier Dolan ///

25 Avr

tom-a-la-ferme-onesheet_fre_hrSynopsis TéléramaUn jeune publicitaire se rend à la campagne aux funérailles de son amant décédé dans un accident de la route. Il arrive dans une ferme de vaches laitières où il rencontre la mère du défunt, qui ne le connaît pas, et ne sait pas quel lien il avait avec son fils. Il découvre alors que son amant s’était inventé une vie d’homme marié, et que personne ne connaît son existence. Malgré les circontances, le frère du défunt l’oblige à ne rien dire à la famille et à accepter la supercherie. Le publicitaire semble étrangement fasciné par la situation, et un lien trouble s’établit entre lui et le frère de son amant…

 

Avis : 3,5 / 5 :  Xavier Dolan c’est un peu THE réalisateur bobo par excellence, et si comme moi, vous aviez juste été totalement bluffé par « Les Amours Imaginaires » et « Laurence Anyways » ( personnellement, JUSTE un de mes films préférés..) vous deviez trépigner d’impatience pour la sortie du dernier long métrage de « l’enfant terrible » du cinéma québécois « Tom à la ferme ». Mais, je dois néanmoins l’avouer  ( à contre coeur…) : j’ai été déçue…La plupart des critiques diront que c’est pourtant son film le plus abouti, le plus mature, le plus grave, le plus épuré, surement…le film sillonne  entre différents genres et humeurs, où attirance et répulsion attisent la tension,où l’ambiguïté est le fil conducteur de ce thriller et où la peur et le désir ne font plus qu’un. On doit bien l’admettre : Xavier Dolan maitrise bien les ficelles du thriller psychologique, voire un peu trop, et on a un peu l’impression d’assister à un exercice de style et surtout à un hommage ( trop premier degrés ) à l’une de ses idoles : Hitchcock. On est loin de la claque esthétique de Laurence Anyways ( et de la claque tout court d’ailleurs ), comme si Xavier Dolan avait essayé de rentrer dans la cour des grands à tout prix, pour devenir ( encore plus ) célèbre ( d’ailleurs cumuler le rôle de réalisateur + d’acteur principal n’en est-elle pas la première preuve ? ). Heureusement, l’accent canadien est toujours là pour nous faire sourire, certaines scènes sont à couper le souffle ,ses personnages sont finement travaillés et  son engagement pour les minorités est plus fort que jamais ( en l’occurrence ici pour les gays ), mais le rythme est un peu lent, car OUI pour la première fois : je me suis fait chier devant un Dolan..


Maud

/// Ciné : Only lovers left alive ///

6 Avr

only lovers left aliveSynopsis Télérama : « Adam et Eve forment un couple de vampires lettrés et cultivés. Dans le port marocain de Tanger, Eve compte sur Christopher Marlowe, le concurrent malheureux de Shakespeare, pour l’approvisionner en poches de sang sain et reste en contact avec son compagnon Adam qui vit à Detroit. Punk aristo lassé par la médiocrité des zombies (les humains), Adam a des idées suicidaires, surtout après la destruction de ses instruments de musique. Animée d’un obscur pressentiment, Eve prend l’avion pour Detroit. C’est alors que ses retrouvailles avec Adam sont perturbées par l’arrivée d’Ava, la sœur éternellement adolescente d’Eve, une enfant qui préfère s’abreuver à la source… »

Avis : 4,5 / 5 : Pour tous les fans de Twilight passez votre chemin, car les apparences sont trompeuses et Only lovers left alive est tout sauf un « film de vampires » (au sens classique du terme). C’est avant tout un film à l’esthétique parfaite, avec Tilda Swinton, plus égérie d’avant garde que jamais, dans une ambiance à la fois contemporaine et nostalgique. Les héros du film sont des dandys cultivés, underground, rock et noctambules et la BO rock qui accompagne le tout est juste parfaite. Il ne se passe pourtant pas grand chose, mais on ne s’ennuie pas une seule seconde, les réflexions philosophiques de l’auteur étant ponctuées par des touches d’humour savamment dosées. Comment vivre quand on a déjà eu plusieurs vies ? Les vampires sont une belle métaphore pour parler de sujet de fond qui touche l’auteur : la mort, l’éternité, l’ennui,  le couple idéal…Un film anticonformiste au possible et qui fait vraiment du bien !


Maud

banner-4

Une séance photo pas comme les autres

1 Avr

Camille Collin – Photographe

Plus d’infos sur : www.camillecollin.com et sur sa page Facebook

Marine-Maud-Bobos-voient-double

On doit bien vous l’avouer : quand on a reçu l’invitation pour une séance photo de la part de Camille, on avait un peu le trac. Comme beaucoup d’entre vous, on a du mal à se trouver potable sur une photo et on ne s’imagine pas vraiment rester une heure dans un studio à jouer les pin-ups. Mais finalement quand on a vu le travail de Camille (à l’opposé des préjugés « portrait-ringard-cul-cul à souhait ») on s’est laissées prendre au jeu et la séance a été un pur plaisir. Alors si vous vous demandez comment se passe une séance photo chez Camille Collin… on vous raconte tout !

Camille Collin

Après quelques échanges de mails, nous voilà fixées sur la date et l’heure. Pour le lieu, c’est très simple : c’est chez Camille, dans son (super) appart près de La Chapelle. Et c’est autour d’un thé que commence notre rencontre. Car pour Camille, rien ne vaut un petit moment de détente avant de commencer la séance. C’est aussi à ce moment-là qu’on discute ensemble de ce qu’on veut comme photo, des vêtements qu’on va mettre , etc… Nous, on a opté pour deux types de photos : des photos individuelles et des photos en duo. Une fois décidées, nous voilà devant le fond gris et les projecteurs. Comme beaucoup, on n’était pas très à l’aise au début, mais grâce à la bonne humeur de Camille, on s’est très vite « décoincées » ! Pendant plus d’une heure, on a enchaîné les pauses, les grimaces, les grands, petits ou moyens sourires, les blagues … Une fois le shooting terminé, on s’est posées avec Camille pour regarder toutes les photos et choisir nos 8 préférées (dur choix!). Et le lendemain, on avait un petit message dans notre boite mail avec les photos retouchées en haute définition. Et quand on a vu le résultat, on a été plus que bluffées (on espère que vous le serez aussi) : un vrai booster pour le moral ! Les photos de Camille sortent vraiment des sentiers battus et sont à la fois élégantes et intemporelles. Elle a un petit penchant pour le noir et blanc (son style s’y prête vraiment bien) mais elle travaille également très bien les couleurs. Son travail ne s’arrête pas uniquement au portrait et on vous invite vivement à jeter un coup d’oeil à ses travaux plus personnels (sur sa page Facebook par exemple).

Sinon, côté pratique, voici les informations à retenir : 

  • Présentation :Camille Collin est photographe professionnelle spécialisée dans le portrait.
  • Prix :Vous bénéficiez d’un tarif « promotionnel » de 80€ jusqu’en Juin 2014 (au-delà une séance coûtera à 120€). Et bien sûr, les bons cadeaux sont possibles !
  • Durée :La durée d’une séance est d’environ  1 heure (mais Camille n’est pas vraiment à 10 minutes près !).
  • Horaires :Camille peut vous accueillir du mardi au samedi inclus.
  • Nombre de photos :Une fois les 8 photos sélectionnées, les images sont ensuite retouchées et livrées par mail en Jpeg HD et en petit Jpeg quelques jours après la séance.
  • Type de photo :On peut venir à but perso, pour faire des photos de couple, de famille, etc. ou à titre professionnel (pour son site, réseaux sociaux pros, rapport annuel,  etc.). Et pour les amoureux, Camille fait aussi des photos de mariage : http://www.camillecollin.com/mariage
  • Capacité :La capacité du studio est de 3 personnes maximum (au delà, il suffit simplement de louer un studio extérieur).

Bref, si vous avez envie de passer un bon moment et de ressortir avec des supers clichés de vous … le tout pour un tarif hyper attractif ; vous savez ce qui vous reste à faire ! 🙂

Maud-CR-Camille-CollinMaud-CR-Camille-Collin-3

Maud-CR-Camille-Collin-2

Marine-CR-Camille-CollinMarine-CR-Camille-Collin-3Marine-CR-Camille-Collin-2

Marine-Maud-CR-Camille-Collin

Marine & Maud

/// expo BILL VIOLA ///

31 Mar

Bill Viola

Jusqu’au 21 juillet 2014
Grand Palais
3, avenue du Général Eisenhower
75008 Paris
Métro : Champs-Elysées Clemenceau
Horaires : tous les jours ( sauf le mardi ) de 10h à 22h ( fermeture à 20h le dimanche et lundi )
Tarifs : Plein tarif : 13€ / Tarif réduit : 9€

bill viola« Bill Viola est sans conteste le plus célèbre représentant de l’art vidéo. Un large corpus de son oeuvre, allant de 1977 à aujourd’hui, mêlant tableaux en mouvement et installations monumentales, est pour la première fois présenté au Grand Palais. Dans une quête à la fois intimiste et universelle, l’artiste exprime son cheminement émotionnel et spirituel à travers de grands thèmes métaphysiques – vie, mort, transfiguration… « 

Sans conteste, une des meilleures expos de l’année, et surtout ( si comme moi ! ) vous êtes des amateurs d’art vidéo. Car, tout d’abord, il s’agit d’une VRAIE expo vidéo, où l’on a vraiment envie de s’arrêter regarder les vidéos ( pas comme dans 90% des cas où l’ on passe juste à toute vitesse devant les vidéos dans les musées car rien ne nous donne envie de nous y attarder ). J’ai  personnellement été  fasciné par ses oeuvres datant des années 80,90, à l’esthétisme un brin nostalgique et romantique dans un univers super poétique, déroutant, mystique. Mais Bill Viola c’est surtout des « tableaux en mouvement », parce que oui, pour faire de la vidéo, un mouvement presque imperceptible suffit à nous captiver, et c’est bien ça la force de suprême de cet artiste avant-gardiste !

IMG_0159 IMG_0161 IMG_0164 IMG_0166 IMG_0168 IMG_0171 IMG_0172 IMG_0176 IMG_0178Maud

 

 

Ciné : HER – Spike Jonze

27 Mar

herSynopsis Télérama : « Dans un futur proche à Los Angeles, Theodore Twombly tente de se remettre de sa rupture avec Catherine, qui lui a brisé le coeur. Théodore est un homme complexe et émotif qui pour gagner sa vie, écrit des lettres personnelles sur commande. Solitaire et renfermé sur lui-même, il est intrigué par un nouveau et ingenieux système, une « voix » au service et adaptée à chaque utilisateur. Après avoir initialisé le programme, il fait la rencontre de « Samantha, » une « personne » brillante, sensible et incroyablement drôle. Samantha trouve toujours le bon mot pour le réconforter. Au fil du temps, Theodore ne peut plus se passer d’elle. Ce qui a commencé en amitié se transforme en amour… »

Avis : Le synopsis vous a probablement fait sourire et vous vous demandez comment toute cette histoire est possible. Comment peut-on en réellement tomber amoureux d’un système d’information ? il faut juste imaginer un monde (pas si éloigné du nôtre), où les objets connectés et autres nouvelles technologies ont pris le dessus sur les « vrais » relations humaines; où la solitude semble être reine. Et là, tout devient possible… Loin des sentiers battus, Spike Jonze imagine ce scénario invraisemblable et nous livre cette sublime histoire d’amour à mi chemin entre le monde réel et le monde virtuel. Oubliez les clichés et plongez dans un film d’une originalité et d’une poésie époustouflantes, aux images sublimes et aux dialogues poignants (avec en prime une performance extraordinaire de Joaquim Phoenix). Bref, un film d’une beauté incommensurable. A voir absolument !


banner-4

Marine

/// EXPO : Festival Circulation(s) – 104 ///

12 Mar

circulations

Festival Circulation(s) – Jusqu’au 16 mars 2014
104
5, rue Curial
75019, Paris
Métro : Riquet / Max Dormoy
Tarifs : entrée libre et gratuite
horaires : du mardi au vendredi de 13h à 19h, le samedi et dimanche de 12h à 19h

Notre gros COUP DE COEUR culturel du moment ! « Dédié à la jeune photographie européenne, le festival Circulation(s)  propose pour la quatrième année un regard croisé sur l’Europe à travers la photographie. Il a pour vocation de faire émerger les talents de la jeune photographie européenne et de fédérer un réseau d’acteurs européens partageant la même ambition que celle de Fetart : aider les jeunes photographes à s’insérer dans le monde professionnel et faire découvrir au public la création artistique contemporaine innovante. »

Résultat : un nombre incroyable de jeunes photographes exposés aux univers et aux parcours très différents, ce qui donne une expo hyper éclectique : en gros : il y en a pour tous les goûts : de la série super drôle du club des sexagénaires majorettes aux photographies plus engagées retraçant le quotidien en Russie, on est transportés dans des ambiances esthétiques d’une qualité impressionnante, à voir absolument ! ( et en plus c’est gratuit, que demander de plus ! )

IMG_3008 IMG_3012 IMG_3014 IMG_3019 IMG_3021 IMG_3025 IMG_3027Maud