Archive | Balades rennaises RSS feed for this section

Street-art bobo féminin: Mathilde et ses petites culottes

7 Juil

Les petites culottes de Mathilde

http://preciousliquid.tumblr.com/

http://jaune-banane.tumblr.com

http://lespetitesculottesenpapier.tumblr.com/

Parce que les Bobos sont toujours vachement contentes quand on leur envoie des petits mails sympas pour présenter des projets ultra bobos … nous sommes fières de vous présenter aujourd’hui le projet de Mathilde Juan, colleuse de petites culottes dans la rue.

Et oui, je suis sûre que le terme de « colleuse de petites culottes » a dû vous faire sourire … mais ce n’est pas une blague! Depuis quelques mois, Mathilde, étudiante aux Beaux-arts, s’amuse à coller des petites culottes dans les rues de Rennes et de Nantes. Et rien que pour vous, on a été interviewée cette jeune artiste audacieuse.

Culotte4

1) Bonjour Mathilde, tout d’abord peux-tu te présenter et nous dire d’où vient ce projet loufoque de coller des culottes dans la rue ?

Bonjour ! Alors je m’appelle Mathilde, et euh bah, je suis colleuse de culottes depuis le mois de Mars, précisément. En vrai, j’étudie aux Beaux-Arts de Rennes, j’étais en première année cette année, quand tout à coup, mon prof de dessin nous a proposé le sujet « traverser un espace. » J’ai dessiné des culottes dans des carnets, et hop, j’ai eu envie de dessiner/voir les choses en grand, et pour la première fois de ma vie je dessinais au marqueur,  à main levée, sur des grands formats. J’ai dessiné, j’ai coupé, j’ai été collé dans la rue, parce que le street-art c’est pas que un truc de garçon, c’est aussi pour les filles (si si). En réalité j’avais surtout besoin d’une nouvelle occupation bêbête pour faire sourire les gens, mais ça, je suis pas censée le dire.

2) Peux-tu nous en dire plus sur la signification de ce geste ?

C’est une manière d’ajouter un peu de douceur et de cucul-style (à prononcer ‘cucustaïïïle’) dans la ville. C’est mignon, ça fait de mal à personne, il y a du motif, c’est féminin, et puis c’est sexuel, mais pas trop.

3) Est-ce que tu vois ce geste comme un acte de féminisme ?

Oui et non, parce qu’à la base, je suis pas une nana super engagée. Chacun y voit ce qu’il veut y voir. Mais c’est un acte qui soutient à fond le port de la petite culotte, et puis les filles en général, ça, je peux pas le nier.

4) Le mot de la fin pour les bobos : quel est l’endroit bobo que tu préfères à Rennes ?

Je dirais que j’aime bien la rue Hoche, le café l’Atelier de l’artiste (place Sainte Anne), Le haricot rouge -pour les cookies pas cuits et les thés hyper bons- (rue Baudrairie), la friperie Antoine & Colette (rue Poullain Duparc), le magasin Artur Stiles (Rue des Fossés), puis mon Super U (ça c’est pour rigoler aussi, mais je le dis quand même).

5) Le mot de la fin tout court !

Vive les culottes & les bananes!


Culottes1 Culottes2 Culottes3Marine

Prairies Saint-Martin – Rennes

3 Mai

Où vous les Bobos Rennais quand il fait beau ? Aux praires Saint-Martin bien sûr!

On a du mal à croire qu’un tel endroit soit situé en plein cœur de la ville. Et pourtant c’est le cas ! Perso, j’adore le le côté très sauvage des praires Saint-Martin, les dizaines de jardins ouvriers, les tags sur les murs et les promenades au bord du canal. Profitez-en quand il est encore temps … les jardins risquent d’être fermés par la ville …

Infos pratiques :

Les prairies sont notamment accessibles depuis le Canal Saint-Martin et depuis un petit passage Rue d’Antrain

Marine

Collectif artistique – L’élaboratoire – Rennes

3 Mar

17bis Avenue Chardonnet ou 48, bd Villebois Mareuil (2 entrées possibles)
35000 Rennes

Avant de tomber sur un article dans le 20 minutes, j’étais loin d’imaginer que ce genre d’endroit pouvait exister à Rennes ! En effet, l’Elabo, c’est un peu comme les squatts berlinois : un vieux bar réaménagé, des sculptures en objets de récup’, des grands hangars où on ne sait pas si on peut s’aventurer, un atelier pour faire réparer ses vieux vélos … Bref, l’endroit vaut vraiment le détour si vous aimez cette ambiance-là. Profitez-en car l’avenir du collectif est en péril et d’ici fin mars, ils risquent d’être mis dehors ….

Immersion en images :

Marine