/// Ciné : Tom à la ferme – Le dernier Xavier Dolan ///

25 Avr

tom-a-la-ferme-onesheet_fre_hrSynopsis TéléramaUn jeune publicitaire se rend à la campagne aux funérailles de son amant décédé dans un accident de la route. Il arrive dans une ferme de vaches laitières où il rencontre la mère du défunt, qui ne le connaît pas, et ne sait pas quel lien il avait avec son fils. Il découvre alors que son amant s’était inventé une vie d’homme marié, et que personne ne connaît son existence. Malgré les circontances, le frère du défunt l’oblige à ne rien dire à la famille et à accepter la supercherie. Le publicitaire semble étrangement fasciné par la situation, et un lien trouble s’établit entre lui et le frère de son amant…

 

Avis : 3,5 / 5 :  Xavier Dolan c’est un peu THE réalisateur bobo par excellence, et si comme moi, vous aviez juste été totalement bluffé par « Les Amours Imaginaires » et « Laurence Anyways » ( personnellement, JUSTE un de mes films préférés..) vous deviez trépigner d’impatience pour la sortie du dernier long métrage de « l’enfant terrible » du cinéma québécois « Tom à la ferme ». Mais, je dois néanmoins l’avouer  ( à contre coeur…) : j’ai été déçue…La plupart des critiques diront que c’est pourtant son film le plus abouti, le plus mature, le plus grave, le plus épuré, surement…le film sillonne  entre différents genres et humeurs, où attirance et répulsion attisent la tension,où l’ambiguïté est le fil conducteur de ce thriller et où la peur et le désir ne font plus qu’un. On doit bien l’admettre : Xavier Dolan maitrise bien les ficelles du thriller psychologique, voire un peu trop, et on a un peu l’impression d’assister à un exercice de style et surtout à un hommage ( trop premier degrés ) à l’une de ses idoles : Hitchcock. On est loin de la claque esthétique de Laurence Anyways ( et de la claque tout court d’ailleurs ), comme si Xavier Dolan avait essayé de rentrer dans la cour des grands à tout prix, pour devenir ( encore plus ) célèbre ( d’ailleurs cumuler le rôle de réalisateur + d’acteur principal n’en est-elle pas la première preuve ? ). Heureusement, l’accent canadien est toujours là pour nous faire sourire, certaines scènes sont à couper le souffle ,ses personnages sont finement travaillés et  son engagement pour les minorités est plus fort que jamais ( en l’occurrence ici pour les gays ), mais le rythme est un peu lent, car OUI pour la première fois : je me suis fait chier devant un Dolan..


Maud

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :