/// ciné : Nymphomaniac I et II- Lars Von Trier ///

27 Fév

NymphomaniacSynopsis Télérama : Un soir d’hiver, Seligman, un célibataire endurci recueille chez lui Joe, une jeune femme qui vient d’être passée à tabac. Depuis qu’elle est adolescente, la jeune femme a du mal à gérer une envie de sexe dévorante. Elle s’est elle même diagnostiquée nymphomane et s’est même rendu à des séances de thérapie. Joe raconte à son sauveur son parcours, comment elle a perdu sa virginité avec Jérôme, les expériences sado-masochistes avec K., les jugements de l’ambigüe Madame H. Sa maladie l’a emmenée vers certaines extrémités qui lui ont fait perdre son estime de soi. Désespérée et en quête de rédemption, elle cherche à trouver un nouveau sens à sa vie..

Avis : 4/5 : Nymphomaniac, c’était un peu THE film méga attendu de cette nouvelle année 2014; et pourtant à sa sortie il n’a pas suscité autant d’intérêt que prévu : relativement mal noté en presse, les critiques boudent le dernier Lar Von Trier alors que d’autres crient au génie, je dois dire que je me place plutôt dans la dernière catégorie, même si je dois avouer avoir été déçue de ne voir « que » la version censurée raccourcie et non validée par l’auteur…Mais, Nymphomaniac c’est quand même une grosse claque dans la gueule, et dans la lignée de Dancer in the Dark ou de Melancholia, Lars Von Trier a osé s’aventurer dans des sujets tabous, dont il est convenu de ne pas parler : ici, en l’occurrence la nymphomanie. Et c’est tout en psychologie qu’il va puiser dans les abysses de l’esprit de Joe, merveilleusement incarnée par Charlotte Gainsbourg. On découvre une femme à la fois habitée et abîmée par son désir ardent : si elle n’arrive pas à vivre avec lui, elle ne peut vivre sans non plus. Et le jour où elle perd toute sensation sexuelle c’est le drame et vont alors s’en suivre une période « trash » où tout est bon pour essayer de retrouver du plaisir : sadomasochisme, plan à trois, expérience lesbienne… Les scènes sexuelles sont crues, simples, sans fioritures, comme le reste du film, d’une épuration magique, ponctué d’un humour noir si cher à l’auteur, de scènes découpées en chapitrales ludiques et de digressions subtiles. Ame sensible s’abstenir…
Maud

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :